Alors que de vieilles démocraties occidentales dégringolent le Bénin a pour la troisième fois consécutive confirmé la bonne santé de la libre expression de ses médias. Le classement mondial de la liberté de la presse 2006, effectué par Reporter Sans frontière place ce pays au 23ème rang mondial (au même titre que l’Allemagne) devant des pays tels que la France, l’Italie, l’Espagne et les Etats-Unis respectivement 35ème, 40ème, 41ème et 53ème.

Seulement, face à des cas fréquents de dérapages et d’abus de la liberté, les journalistes béninois ont mis en place l’ ODEM, une organisation d’autorégulation. Créé en 1999 par l’ensemble des associations professionnelles, l’Observatoire de la Déontologie et de l’Ethique dans les Médias (ODEM) du Bénin est un conseil de presse dont la mission est de responsabiliser les médias, de lutter pour la liberté de la presse et de garantir au public une information crédible. Face aux dérapages, il prononce des condamnations sans effet et peine à imposer le Code de Déontologie dans une presse béninoise en crise morale et identitaire. La tenue en novembre 2002 des Etats Généraux de la Presse a permis de renforcer son autorité et de lui conférer des pouvoirs de sanctions coercitives. L’ODEM a désormais quelques chances d’assumer pleinement son rôle d’autorégulation.

L’ Observatoire de la Déontologie et de l’Ethique dans les Médias, c’est le titre du mémoire que j’ai écrit en juin 2006 dans le cadre du Diplôme de l’Institut Français de Presse, spécialité Médias, sociétés et mondialisation à l’Université Panthéon Assas ParisII.
Pour plus de détails, je vous invite à lire le corps du mémoire en annexe ci-dessous.